LA MAISON JAPONAISE.

Entre traditionnel et moderne !

ABIKO

Lieu : ABIKO

Abiko (我孫子市Abiko-shi) est une ville de la préfecture de Chiba, La ville a été fondée le 1erjuillet 1970, à une cinquantaine de minutes en train du coeur de Tokyo.

Temps passé sur place 

3 semaines

from Tokyo

45min en train

1h15 en voiture

Éloigné du tumulte et de la chaleur de Tokyo !

Comme la famille de ma femme habite Tokyo et qu’il faisait une chaleur caniculaire, de l’aéroport nous sommes aller directement à Abiko pour installer nos affaires. Nous allions donc être basés ici au calme dans une magnifique petite maison (considérée comme grande au Japon !) . En effet avec un nouveau né de 2 mois et demi, il était préférable d’être dans un environnement tranquille sans trop de voisinage immédiat… De plus avec la chaleur qu’il faisait c’était aussi un vrai régal de retrouver le grand air de la campagne !

À moins d’une heure de Tokyo en train, et considérant la qualité des transports cela ne devait pas trop nous couper du monde et de nos projets de visite.  Mais ça je ne le savais pas encore car c’est en voiture que nous avions fait le trajet de l’aéroport vers Abiko.

Comme vous pouvez l’imaginer, après plus de 19h de voyage,  nous nous sommes écroulés après un repas léger. Ma crainte était que Yuna nous réveille toutes les deux heures, mais non elle a dormi d’une traite pendant 8h nous laissant largement récupérer. 

LA MAISON

UNE VÉRITABLE TÉLÉPORTATION dans le temps

Mais alors en descendant de la voiture et en voyant cette petite maisonnette rouge, je pressentais que quelque chose allait se passer.

Sur la route, j’étais confortablement installé avec uniquement des personnes de ma connaissance que j’avais l’habitude de voir à Paris. La langue japonaise n’étant plus, depuis quatre ans, si exotique que cela à mes oreilles, jusque là rien de trop dépaysant.  À part le fait de rouler à gauche, d’être sur une autoroute (qui se ressemblent toutes plus ou moins) en écriture incompréhensible, mais avec la fatigue, je n’avais pas vraiment vu grand chose du pays, et c’est à peine si je réalisais que j’étais à l’autre bout de la planète.

L'EXTÉRIEUR

Je vous assure qu’en entrant dans cette maison, j’ai eu l’impression de faire un voyage dans le temps et encore plus dans un autre pays.  

L'INTÉRIEUR

Richesses et diversité des environs

UNE MIXITÉ INCROYABLE !

Bambou

Quelle fut ma surprise en me réveillant le lendemain matin ! Collée à la maison cette forêt m’a permis pour la première fois de voir des bambous à l’état sauvage. Au premier regard on a l’impression de voir une petite forêt comme il y en a un peu partout en France. Mais en se rapprochant et en observant de plus près, c’est une toute autre histoire. Les sonorités, le bruit du vent, des animaux et des insectes ne sont pas les mêmes. Les odeurs aussi sont très différentes…

FORÊT

C’est en me promenant avec l’ami de famille de ma femme, Fuko san, que je découvris la diversité des environs. C’est un peu comme si sur trois kilomètre à la ronde vous aviez réuni à la fois la forêt Amazonienne, des champs d’agriculture, des bambous et le tout, autour d’un petit village à la fois ultra moderne mais aussi avec des maisons totalement traditionnelles sorties d’un autre temps. Une mixité surréaliste ! 

Rizière

J’ai passé une partie de mon enfance et adolescence à la campagne, et j’avoue que j’étais plutôt devenu assez indifférent à la nature en général. Elle faisait partie de ma vie mais rien de quoi s’extasier. Mais ça c’était avant ! Avant de voir une petite campagne sans prétention du Japon. Déjà quel fut mon étonnement en voyant ces champs qui, en s’approchant, se sont avérés être des rizières ! Je n’en avais jamais vu de mes propre yeux !  .

Temple

J’ai eu l’immense honneur de participer à une cérémonie avec les habitants du village. C’était très émouvant, simple et à la fois solennel. J’étais assez impressionné, et j’avais peur de commettre une erreur d’attitude pendant l’office. Tout naturellement et avec bienveillance, mes deux voisins les plus proches m’ont guidé et montré certains gestes et positions à observer pendant les moments délicats où je ne savais pas quoi faire… 

Entre hospitalité et dévouement

Je ne remercierai jamais assez la famille de ma femme, leurs amis Fuko san et son mari pour cette incroyable surprise ! J’ai souvent été très bien reçu dans ma vie, tellement bien que parfois je me demandais ce que j’avais bien pu faire pour mériter un tel traitement de faveur ! Je me suis souvent dis aussi que je ne pourrai sans doute jamais rendre la pareille à certaines personnes ou même donner l’équivalent à qui que ce soit. Mais bon j’ai appris à savourer les bonnes choses et donc à profiter de ce que la vie m’offrait.

Mais là en l’occurrence durant mon séjour au Japon, je ne sais pas si l’on peut encore parler d’hospitalité. Non je pense que les mots approprié serait plus de l’ordre de “bonté” ou encore de “générosité” voire de dévouement.

Ce qui est curieux, c’est qu’en France, le millième de ce qui m’a été offert ou servi sur un plateau avant même que je ne lève le petit doigt au Japon, m’aurait mis mal à l’aise ou m’aurait poussé à refuser catégoriquement.

Mais au Japon, j’ignore encore véritablement comment et pourquoi, tous les magnifiques cadeaux que l’on m’a offerts si spontanément, je les ai reçus avec gratitude, reconnaissance et beaucoup de joie.

Comme cette maison si originale par exemple, avec un frigo rempli tous les jours des meilleures boissons et denrées du pays.

Je ne pourrais sans doute jamais remercier à niveau égal comme la politesse le voudrait,  Fuko-san et son mari de leur vivant. Cependant je sens qu’ils sont conscients de l’immense reconnaissance et gratitude que j’ai envers eux et ils en sont heureux comme cela.    

Au cours de mes souvenirs, tout au long de ces articles vous pourrez constater par vous-mêmes les incroyables faveurs de ma belle famille et de leur amis japonais et coréens. Ils ont laissé en moi une marque indélébile de joie et de reconnaissance envers chacun d’eux, sans jamais me faire peser un sentiment d’inconfort ou d’un sentiment de redevabilité. 

MG

 

                                                                            Photo by Satoshi Hirayama from pexel